Le stochastique est un indicateur des plus populaires de nos jours, il fut cependant conçu dans les années 50 par Georges Lane. Sa dénomination peut provoquer certains amalgames, il ne faut pas le confondre avec ce qu’on appelle les processus stochastiques qui sont des méthodes utilisées en statistique pour évaluer des probabilités de phénomènes aléatoires.

Cet indicateur nous offre une information sur la position relative des cours par rapport au range décrit par les plus hauts et plus bas sur une période donnée.

Avant d’étudier la partie théorique de cet indicateur, je vous propose de jeter un petit coup d’oeil à un graphique muni du stochastique.

Comme vous le voyez il s’agit bien d’un oscillateur 😉 En effet il est borné par 0 et 100. Par ailleurs, on remarque des zones de sur achats et de surventes. Ici ce sont respectivement la zone comprise entre 80 et 100 et celle comprise entre 0 et 20.

Le %K représente la courbe principale du stochastique, c’est la courbe bleue sur le graph. L’autre courbe n’est qu’une simple moyenne mobile servant de courbe de signal, on l’appelle le %D.

Voyons dès à présent la formule de calcul :

 

Le principe du stochastique reprend celui qui décrit la majeure partie des oscillateurs. C’est à dire que l’on considère qu’il existe un point d’équilibre à chaque instant, et que les cours ont tendance à se rapprocher de ce point lorsque qu’ils s’en éloignent trop. C’est de là que viennent la notion de surachat et de survente. Maintenant voyons en pratique comment se servir de cet indicateur.

 

Les zones de surachats et surventes

Comme avec tous les oscillateurs, il est intéressant dans des zones de ranges, de rentrer long en survente et short en surachat. Comme l’illustre assez bien cet exemple, dès lors que le stochastique marque un extremum local, les cours ont tendance à retracer le précédent mouvement.
Soulignons-le encore une fois, ceci est valable uniquement en zone de range ou bien alors dans le sens de la tendance, mais il serait inepte de shorter les surventes en tendance de fond haussière.

 

Les croisements %K %D

Maintenant voyons à quoi peut bien servir ce %D. En réalité, ce n’est qu’une moyenne mobile (généralement réglée à 3 périodes) servant de courbe de signal. Son utilité est de pouvoir se servir du stochastique comme indicateur de suivi de tendance. Puisque les zones de surachat et de survente ne présentent que peu d’intérêt en tendance, on a filtré le %K afin de faire apparaître des points d’entrées précis en tendance. Ces points sont déterminés par le croisement entre le %K et le %D. Dès lors que le %K coupe à la hausse le %D alors il y a signal d’achat et inversement pour un signal de vente.

Ici sur cet exemple on identifie une tendance baissière claire sur les cours, par conséquent on privilégiera les prises de positions vendeuses. Dans ce cas lorsque le %K coupe à la baisse sa courbe de signal nous l’interprèterions comme un signal de vente.

En conclusion de ce cours, nous retiendrons aussi bien en range qu’en tendance, le stochastique soigneusement employé s’avérera fort efficace. Simple d’interprétation, il allie à lui seul des signaux de sur achat (ou survente) et offrent des points d’entrées en suivi de tendance.

 

 

Cet article vous a plu ! Pour recevoir les prochains, inscrivez-vous.

En Bonus vous recevrez 7 clés essentielles aux Traders

 
 

You have Successfully Subscribed!