La construction d’un plan de trading représente l’aboutissement de l’intégralité des artciles que vous avez suivi. Sans ambiguïtés, vous comprendrez que suivre un plan de trading consiste simplement sans trop réfléchir à respecter un certain nombre de règles pré-établies dans le plan.

D’accord mais donc concrètement qu’est-ce donc ce fameux « plan de trading »?

C’est une succession de règles qui servent à conditionner l’ensemble de vos faits et gestes devant votre graphique. Le plan de trading laisse très peu ou très rarement l’esprit s’égarer dans de l’analyse. Il est conçu pour systématiser purement et durement vos prises de positions.

Mais pourquoi donc ne pas laisser de place à une réflexion sur les configurations graphiques ?

Vous devez le savoir, la mauvaise maîtrise de soi est plus dangereuse que le marché lui-même. Par conséquent, vous ne serez pas sans savoir que la majeure partie des traders qui se ruinent, le font sur des coups de têtes.

L’être humain, soumis aux biais psychologiques émis par le trading peut être amené à rapidement prendre des décisions vides de sens ou de logique.

Le plan de trading combat en tous points ce problème, grâce à ses règles strictes, il évite au trader de commettre des bêtises. Par ailleurs, appliqué sur une longue période, il va habituer le trader à se conformer à des règles et lui permettre de prendre du recul sur les déviances remarquées.

Nous allons maintenant apprendre à concevoir son propre de plan de trading et surtout comment le tester (et oui, un plan de trading n’est pas un miracle, il faut savoir s’il fonctionne)
Tout d’abord, commençons par la conception.

Il convient de respecter quelques étapes pour la création de la liste de règles :

 

Quel timeframe utilise-t-on pour la lecture du graphique ?

Question fondamentale qui va orienter le reste des règles, en effet ici on se demande si on applique plutôt une stratégie de swing trading, de scalping ou bien encore de day trading.

Dans un plan de trading pour débutant, on préfèrera ne prendre qu’un seul timeframe. Cela en vue d’éviter des déviances aux règles causées par un champ d’action trop élargi.

 

Quels outils pour définir la tendance ?

La base c’est de savoir dans quelle direction le marché se dirige, en hausse, en baisse ou bien en range. Pour cela, il existe de nombreux outils, notamment des indicateurs de suivi de tendance comme par exemple les moyennes mobiles ou bien le parabolique.

Par exemple : En choisissant la moyenne mobile, plusieurs critères sont envisageables (qui sont subjectifs à chacun). Le croisement de deux moyennes, la pente d’une moyenne ou bien encore la position relative des cours par rapport à une moyenne sont autant de critères qui vous permettent de juger de la tendance.

 

Quelles manières de confirmer la tendance ?

C’est ici qu’il va falloir déployer toute son imagination pour dénicher un moyen qui nous permettra d’éviter les fausses tendances.

Par exemple: Si vous choisissez le croisement de moyennes mobiles pour définir la tendance, il peut être intéressant de regarder comment se comporte les oscillateurs.

Si les moyennes viennent de croiser à la hausse mais que le RSI se trouve sous les 50 alors on peut considérer que la tendance haussière n’est pas encore assez marquée.

 

Quand entrer ?

Il faut trouver un point d’entrée optimal pour maximiser ses gains et minimiser ses pertes. Ici pléthore de moyens s’offrent à vous. A titre d’exemple, vous pouvez tout autant entrer sur la cassure d’une droite de tendance, que le rebond des cours sur une moyenne mobile. La liste des possibilités n’a de limite que l’imagination.

 

Quand sortir ?

Encore une fois de nombreuses possibilités envisageables. L’idée de base est de laisser courir ses gains et de couper rapidement ses pertes, mais tout en restant logique(ne pas abuser de cette règle).

Plusieurs exemples:

 Vous pouvez couper vos gains et vos pertes à des niveaux fixes.
 Vous pouvez couper vos gains sur un seuil fixe mais faire trainer le stop.
 Vous pouvez couper vos positions sur une information technique (exemple on coupe si RSI<30)
 Vous pouvez couper partiellement vos positions.

 

Quel risque ?

C’est peut être le point le plus important, un mauvais choix de risque peut faire sauter un compte… Le savant mélange entre exposition limitée et performance viable n’est pas aisé à déterminer. Il faut surtout adapter son risque à sa fréquence de trading, c’est donc lié au timeframe choisi. Si vous trader une vingtaine de fois par jour, il est évident que le risque estimé doit être faible pour limité la possibilité de voir se dessiner un drawdown supérieur à 20%.

 

Cet article vous a plu ! Pour recevoir les prochains, inscrivez-vous.

En Bonus vous recevrez 7 clés essentielles aux Traders

 
 

You have Successfully Subscribed!