Les niveaux de résistance et de support sont des points fondamentaux de l’analyse graphique. Ils incarnent le principe de base qui est « le marché se souvient ». Ces niveaux, représentés par des plus hauts et plus bas ne peuvent pas aisément être matérialisés par des droites horizontales. En effet il convient d’établir une zone large plutôt qu’un niveau précis. Avant tout, ce sont des zones d’indécisions qui, dans un marché en “range” (comprenez un marché qui oscille dans un couloir) ont tendance à repousser les cours, et dans un marché orienté en tendance à être franchi par les cours.

Supports et résistances horizontaux

Dans cette partie du cours nous allons simplement commencer par des représentations graphiques horizontales afin d’appréhender le plus simplement possible le concept, par la suite nous traiterons de situations différentes. Cas d’un marché en range
Dans cette configuration les cours vont être amenés à rester bloqués dans une zone de consolidation. La résistance sera matérialisée par la borne haute de la zone de range et inversement pour le support.
Voici un exemple concret illustrant ces propos:

Ici il s’avère très intéressant de se placer vendeur sur la zone résistante et acheteur sur la zone de support. Désormais vous devez comprendre pourquoi nous parlons de zones et non de niveaux précis. D’une part à cause de la différence entre les ombres des bougies et leurs corps, d’autre part car ce sont comme nous l’avons dit des zones d’indécisions ou s’affrontent les forces haussières et baissières, créant ainsi une forte volatilité qui peut faire aisément osciller les cours.

Les zones de rebonds mineures et majeures
Peut-être l’aurez-vous déjà compris, mais une zone est dite mineure s’il elle n’a jamais été testée ou si n’a été testée qu’une fois. Au contraire une zone majeure elle, a été testée de nombreuses fois. Une zone majeure aura plus de facilité à repousser les cours. Par ailleurs si une zone de rebonds majeure est cassée en force alors la cassure n’en sera que plus valable.

 

Cas d’un marché en tendance

Dans un marché clairement orienté, les cours ont tendance à plutôt casser les zones de supports ou de résistances qu’à rebondir dessus. Donc l’intérêt réside à prendre position sur la sortie d’un range ou sur la cassure d’une zone de rebond majeure.
Voici le principe illustré:

Comme vous le voyez dans une situation de fond clairement baissière, il est assez aisé de pérenniser des gains sur des positions longues au franchissement de chaque zone de support. Cette méthode s’appuie largement sur la théorie de Dow. Par ailleurs comme nous l’avons stipulé précédemment, on parle ici de zones et non de niveaux précis. Par conséquent le franchissement d’un support (ou résistance) peut être ambigu, nous conseillons donc plutôt d’entrer sur un retournement après pull back pour valider la cassure.

Droites de tendances

Cette fois ci et encore il s’agit de supports et de résistances mais qui seront assimilés à des droites obliques. Ne nous y méprenons pas, ce n’est pas une généralisation de ce que nous avons vu précédemment, ici les tracés demandent une précision particulière.

Alors comment trace-t-on une droite de tendance ?

En général, la majeure partie des traders tracent leurs droites avec deux points (bien que trois points soit fort préférable). Cependant, il existe une règle bien plus rigoureuse et restrictive qu’il faut par ailleurs connaître. Elle consiste à utiliser trois points, le point central doit être positionné à au moins à la moitié de la longueur totale.
Illustration et exemple :

Il existe des droites haussières, des droites baissières ainsi que des droites horizontales de ranges qui ne seront pas à confondre avec des zones de supports ( ou résistance ) que nous avons vu avant.

Quelques points importants à retenir :
On peut tracer une droite de tendance avec deux points et le troisième la confirme.
Sur des configurations relativement courtes vous pouvez tracer par les corps ou par les ombres des bougies mais évitez de mélanger les deux.

Le franchissement d’une droite de tendance peut être ambigu selon le tracé choisi, on préfèrera donc valider une sortie par rapport à un tracé par les ombres.

Ne forcez pas le tracé en fonction de votre envie, c’est le marché qui décide s’il rebondi, alors ne cherchez pas à lui imposer votre point de vue.

 

Les canaux

Le canal ne pose pas de problème si vous avez tout suivi jusqu’ici. En fait, il est assez aisé de deviner, mais un canal est simplement une formation constituée de deux droites de tendances parallèles guidant les cours d’une borne à l’autre.
Voici un schéma explicatif:

Dans le cas d’un canal haussier le support à plus d’importance que la résistance, en effet si les cours cassent la résistance, cela signifie simplement que les pressions haussières sont de plus en plus soutenues alors que si les cours cassent le support, dans ce cas c’est toute la tendance haussière qui est remise en question. Inversement pour un canal baissier c’est la résistance qui est importante.

 

Applications au trading

Nous allons maintenant voir ce qu’on peut bien faire de tout ce qu’on a vu dans ce cours.

 

Zones de résistances et de supports

Comme nous l’avons vu dans la première partie, il est possible de trader les rebonds ainsi que les cassures. Cependant il convient de bien choisir son timing et de placer correctement ses points de sorties.
Dans le cas d’un rebond, nous prendrons position avec une confirmation du rebond, c’est à dire avec une bougie clairement orientée dans ce sens, par ailleurs le stop sera placé légèrement en extérieur de la zone de rebond. Voici un schéma pour illustrer cela :

Dans le cas d’une cassure, il est souhaitable d’attendre un pull back pour rentrer en position. Ensuite si possible nous placerons notre stop légèrement en extérieur d’un dernier plus haut (ou plus bas) afin de se garder d’une agitation mal contenue par la droite. Et enfin il est conseillé dans ce type de stratégie de laisser courir les gains, donc de placer un takeprofit assez éloigné.

Les droites de tendances

Encore une fois il est possible d’entrer sur les rebonds ou sur les cassures. Pour un rebond, assez simplement il convient de prendre position sur le troisième point de contact avec la droite. Une accélération dans le sens du rebond confirmera celui-ci et permettra d’entrer. Au niveau du stop loss, on le placera en extérieur d’un plus haut ou plus bas. Cependant le mieux est de faire suivre le stop le long de la droite de tendance.

 

Pour la cassure, de la même manière que précédemment, nous entrerons sur le pull back et nous garderons un stop en extérieur d’un plus haut ou plus bas. Par ailleurs nous pouvons déterminer les objectifs de sortie grâce à la théorie de la balançoire.

 

Le canal

Le canal n’est qu’une configuration de droites de tendances particulières. Par conséquent, les règles de trading sont sensiblement similaires hormis quelques détails. Au niveau des rebonds, l’entrée et le stop sont placés aux mêmes emplacements, par ailleurs nous pouvons placer dynamiquement un takeprofit sur la droite de tendance opposée, c’est un avantage certain qui permet d’établir au préalable son ratio gain/perte avant la prise de position. Pour les cassures il n’y a absolument aucun changement. Simplement les objectifs sont égaux à la taille du canal reporté au point de sortie mais cela reste évident selon la théorie de la balançoire.

En conclusion de ce chapitre, nous pouvons dire que nous avons exploré en profondeur des méthodes qu’aucun trader ne saurait ignorer. Surement l’outil graphique le plus utilisé, et il n’en est pas moins efficace. Les droites de tendances sont assez simples à manier et permettront aux débutants de facilement appréhender le trading.

 

 

You have Successfully Subscribed!